Mes Publications

Participation active des jeunes au vivre ensemble harmonieux

Nos instances démocratiques municipales bénéficient de l’engagement de tous, et profitent du partage respectueux de nos idées. Plus les citoyens s’impliquent, plus s’intensifie notre sentiment d’appartenance à la communauté de même que de bienveillance et de responsabilité les uns à l’endroit des autres. Ainsi se fabrique un tissu social en santé, favorable au vivre ensemble harmonieux.

L’engagement citoyen doit s’apprendre à un jeune âge. L’enseigner aux enfants et les faire participer à la chose publique éveillera en eux le désir de bâtir un monde meilleur. Ma conviction qu’il en est ainsi est née de mes observations, de mon expérience de père et de mes croyances humanistes.

Papa d’enfants métissés, ma candidature à la mairie d’Outremont est animée par le désir de promouvoir une concorde aujourd’hui absente dans notre arrondissement. Pour cette raison, j’entends impliquer les enfants dans notre vie citoyenne.

Afin d’améliorer nos relations intercommunautaires, je propose la création d’un Comité des Enfants d’Outremont (CEO), lieu de rencontre rassembleur propice à dissoudre les préjugés et, mieux encore, à en entraver la formation. Les idées qui émaneront du CEO pourraient éclairer notre réflexion et ouvrir notre cœur. Plusieurs villes de France, et même la Ville de Québec, ont déjà constitué des conseils municipaux d’enfants.

Je convierai toutes les écoles primaires et secondaires d’Outremont à participer à ce projet[i]. Les élèves de sixième année (primaire) et de deuxième secondaire seront invités à élire deux de leurs pairs pour siéger un an au CEO.

Dans notre arrondissement, le CEO constituera un terreau de formation à la vie en démocratie. Il éveillera les enfants aux exigences de la vie civique et favorisera chez eux la prise de conscience de leurs droits, de leurs devoirs et de leurs responsabilités.

En leur permettant de découvrir leur arrondissement, de s’impliquer au service de la communauté, d’imaginer des projets pour régénérer leur cadre de vie en sports, culture, loisirs, sécurité, environnement, toponymie, etc., de présenter leurs projets aux élus d’Outremont et aussi de participer aux inaugurations officielles, l’expérience du CEO enrichira l’éducation de ces jeunes.

L’avenir d’Outremont et du vivre ensemble à Montréal commence par la participation des citoyens de demain.

[i] Selon le Guide du Citoyen d’Outremont 2017, les écoles primaires et secondaires du territoire d’Outremont sont les suivantes:

  • École Beth Jacob (Primaire et Secondaire)
  • Centre François-Michelle (Secondaire)
  • Collège Stanislas (Primaire et Secondaire)
  • École Buissonnière (Primaire)
  • École Guy-Drummond (Primaire)
  • École Lajoie (Primaire)
  • École Nouvelle Querbes (Primaire)
  • École Saint-Germain d’Outremont (Primaire)
  • École Paul-Gérin-Lajoie d’Outremont (Secondaire)
  • Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie (Secondaire)
  • École Talmud Torah Belz (Primaire)
  • École United Orthodox Jewish (Secondaire)
  • École Broth Jerusalem Girls (Primaire et Secondaire)

De nouvelles installations sportives à Outremont

De nombreuses recherches démontrent que la pratique du sport est une composante importante à de saines habitudes de vie et permet l’amélioration tant de la qualité de vie que de la santé physique et mentale. Il en va du bien-être de tous les Outremontais(es).

Pour encourager la pratique du sport par ses résidents, je propose que les nouveaux parcs prévus sur le site du campus Outremont soient aménagés pour y inclure un parcours santé sportif, pour jeunes et moins jeunes.

Également, durant les mois d’automne, hiver et printemps, on constate longtemps l’absence d’installations sportives à Outremont. Outre l’aréna municipal durant cette période, il n’y a pas d’installations sportives accessibles aux Outremontais(es). Cela entraine une offre de services chétive, sinon inexistante par l’arrondissement.

Papa de jeunes enfants, je suis constamment à la recherche d’activités pour me tenir actif et faire bouger les enfants. En l’absence de services locaux, ma famille recherche les activités organisées par des arrondissements voisins ou autres.

L’arrondissement est pourtant riche en institutions scolaires publiques et privées! L’Université planifie la fréquentation, à terme, de 10,000 étudiants sur le site du Campus MIL. La construction d’une nouvelle école primaire est aussi projetée sur ce site par la CSMB. Outremont n’est donc pas dépourvu de gymnases scolaires sur son territoire, la plupart étant inaccessibles au public les soirs et weekends…

Constatant le besoin des familles, des jeunes et des moins jeunes, l’arrondissement d’Outremont a des partenaires privilégiés avec qui je propose de discuter pour conclure des ententes, améliorer son offre de plateaux sportifs et offrir de meilleurs services aux citoyens.

Image par : 4net [CC BY 3.0], via Wikimedia Commons

Outremont, une oasis verdoyante!

La première politique verte à Outremont remonte à 1920. Le maire Joseph Beaubien vouait un amour particulier pour les arbres et sa passion nous a laissé en héritage de magnifiques parcs et des avenues ornées de majestueux arbres. Outremont est une véritable oasis urbaine qui doit être préservée.

Mon implication publique à Outremont a débuté par mes démarches pour faire reconnaître et préserver une lisière arborescente de 45 peupliers et érables, au nord d’Outremont, le Boisé Manseau. Tous ces arbres adultes et en santé étaient menacés de coupe à blanc par divers projets de construction avoisinants. Mes démarches, ainsi que celles d’autres citoyens concernés, ont aboutis par la reconnaissance du caractère exceptionnel de ces arbres par les fonctionnaires d’Outremont et de la ville-centre.

Aujourd’hui, ce sont tous les arbres de l’arrondissement qui me préoccupent. Notre patrimoine végétal est exceptionnel et vieillissant. Notre forêt urbaine, plantée à l’époque du maire Beaubien, est maintenant centenaire. Elle arrive à l’expiration de son espérance de vie… Plusieurs arbres deviennent trop dangereux et doivent malheureusement être coupés. Certains sont abattus par la foudre ou leurs branches se fendent sous les bourrasques. À l’heure actuelle, Outremont n’a pas de plan de conservation et de renouvellement de sa forêt urbaine. Un suivi rigoureux est donc de mise quant à la sécurité et à la plantation d’arbres de succession.

Ainsi, je planifie rendre publiques les données de l’arrondissement à propos de l’inventaire détaillé de cette belle forêt urbaine. Un expert sera retenu pour établir un plan d’entretien, de conservation et de renouvellement, tenant compte de l’espérance de vie des arbres et des différentes variétés afin de favoriser la biodiversité de notre domaine arboricole. Il est important de planter des nouveaux arbres dans le cadre d’une planification structurée afin de conserver notre paysage verdoyant actuel, assurer son renouvellement et sa pérennité.

Je compte aussi protéger les arbres qui ornent les avenues commerciales, en améliorant l’expérience piétonne par la même occasion, par l’installation de grilles d’arbres pour éviter la compaction du sol et permettre leur pleine expansion racinaire. L’entretien et la préservation de cette richesse sont cruciaux. Cette canopée joue un rôle important dans la qualité de vie de tous nos citoyens, autant d’un point de vue urbanistique, qu’environnemental et de santé publique.

Pour concevoir un pôle culturel vivant et vibrant

Devant la bibliothèque et la galerie d’art d’Outremont, de l’autre côté de l’avenue St-Just, se trouve un quadrilatère connu et désigné comme l’îlot Saint-Viateur.

Au cours des dernières années, plusieurs travaux ont eu lieu dans ce quadrilatère :

  • Outremont a démoli l’ancien édifice du club de curling, avenue Saint-Viateur;
  • la caserne de pompiers a été démolie et reconstruite;
  • des travaux de transformation sont en cours pour recevoir la Maison internationale des arts de la marionnette (MIAM); et enfin
  • un autre bâtiment du même quadrilatère est en voie d’être restauré pour accueillir les archives d’Outremont.

Bienvenue au pôle culturel d’Outremont !

On pourrait croire que tous ces projets servent à rapprocher les citoyens et leur permettent de participer à la vie culturelle de l’arrondissement, malheureusement bien peu…

Le bâtiment de la maison internationale des arts de la marionnette est cédé à cet organisme tiers pour être utilisé comme ateliers d’artistes principalement, et non pas comme salle de représentation.

Quant aux archives, il ne s’agit pas d’une destination normalement très fréquentée.

Par contre, il reste un vaste terrain vague à aménager sur cet espace sans qu’il n’y ait de plan de développement de cet endroit. Le Conseil a demandé que cet espace porte le nom de Place Micheline-Legendre, une défunte artiste des arts de la marionnette. Ce terrain vague est à mi-chemin des grands parcs Outremont et Beaubien.

Le Comité consultatif d’urbanisme, dont je suis vice-président, a recommandé au Conseil d’arrondissement de mandater un consultant pour la conception d’un projet de design urbain définissant les usages à prévoir sur cette future place publique.

Il n’y a aucune raison de laisser cet endroit vacant, à un jet de pierre de deux grands parcs. L’espace est vaste et peut recevoir plusieurs bâtiments qui encadreront une place publique et attireront des visiteurs, par exemple par la construction d’une maison de la culture, un musée, un marché public, des boutiques éphémères tel qu’un marché de Noël, etc.

Je m’engage à consulter les citoyens sur leurs besoins et désirs, pour concevoir un lieu de rencontre culturel, place Micheline-Legendre, derrière la caserne, couplé avec une place publique attenante pour en faire un lieu culturel vivant et vibrant de rencontres et d’échanges de toutes sortes.

En tant que candidat indépendant, ma première considération est l’intérêt des Outremontais(es).

Les enjeux de la culture à Outremont


Les Outremontais sont choyés de vivre dans un quartier culturellement ouvert et diversifié. En vue de poursuivre et d’accélérer l’édification culturelle d’un Outremont inclusif, créatif, rayonnant, durable et enraciné dans son territoire, mes priorités pour Outremont sont de :

Capitaliser sur la richesse des lieux culturels existants

  • Accueillir des festivals aux thématiques moins présentes (hiver, musique, cinéma en plein air, etc.).
  • Faire renaître la maison McFarlane, par l’aménagement d’ateliers d’artistes ou autres
  • Mettre en valeur le ruisseau Provost

Concevoir un pôle culturel ouvert à tous

  • Consulter les citoyens sur leurs besoins et désirs, pour aménager un lieu de rencontre culturel, place Micheline-Legendre, à l’arrière de la caserne de pompiers, couplé avec une place publique attenante.

Encourager les installations temporaires en art éphémère et l’implication citoyenne

  • Une première installation a vu le jour cette année au métro Outremont, recommandée par le Comité Van Horne dont je suis membre.

Un nouveau défi se pose à Outremont, celui d’affirmer son identité dans les décisions culturelles qui le concerne. Récemment, la Ville de Montréal a attribué le nom mohawk « Tiohtià :ke Ostirà’kehne » au parc du Sommet Outremont, sans consulter Outremont. Ce choix louable d’honorer les autochtones est ici historiquement contesté, ce lieu n’ayant jamais été occupé par les Mohawks Agniers mais par des peuples iroquoiens inconnus et disparus.

Enfin, la conservation du patrimoine exige une surveillance constante. Nous devons tirer leçon du 1420 Mont-Royal, ancien couvent du Site patrimonial déclaré qui devait rester d’usage institutionnel, mais qui a été vendu par l’Université de Montréal pour être converti en copropriété, avec la privatisation de son exceptionnelle chapelle.