Zones pour lieux de culte éventuels

Par référendum du 20 novembre 2016, l’usage lieux de culte a été retiré du zonage de l’avenue Bernard, alors qu’il avait déjà été retiré pour Laurier et Van Horne.

Les lieux de culte déjà établis sur ces artères bénéficient de droits acquis, mais l’établissement de nouveaux lieux de culte n’y est plus autorisé. Le Conseil d’arrondissement avait voté l’embauche d’un consultant pour proposer d’autres zones où l’usage lieux de culte pouvait être ajouté et recevoir un « niveau élevé d’acceptabilité sociale ». Les recommandations du consultant n’ont pas encore été divulguées.

La zone C-6 avait préalablement été suggérée, mais la modification n’avait pas été complétée, ses limites devant être confirmées. Elle est située au nord de Van Horne et comprend les lots bordant Hutchison et Durocher.  Ce quartier en devenir deviendra bientôt remarquable, un parc de voisinage étant conçu à proximité pour intégrer les plus récentes pratiques en matière d’aménagement et d’urbanisme. Cette zone semble appropriée pour recevoir l’usage lieux de culte.

Sur réception et analyse du rapport du consultant, je m’engage à ouvrir un dialogue franc et ouvert avec tous les citoyens afin de répondre au besoin éventuel de nouveaux lieux de culte, hors des avenues commerciales.

Bien vivre et commercer sur l’avenue Van Horne

Bien vivre et commercer sur l’avenue Van Horne est un projet de longue date qui a pris un chemin tortueux et qui à date n’a jamais abouti.

Guidé par la ville-centre de Montréal et ses fonctionnaires depuis quatre ans maintenant, le projet a tenté d’acquérir une couche de légitimité par des consultations populaires qui ont eu lieu auprès des Outremontais(es) et d’autres, qui ont avorté à la dernière minute et cela, sans raison apparente.

Cependant, le constat qui se révèle des trois scénarios préétablis par Montréal, c’est que les commerces de l’avenue, des piliers de la vie de quartier d’Outremont, en sortent perdants. Perdants de 50% des espaces de stationnement et par équation, de clients externes et de chiffre d’affaires, si vital à leur pérennité.

Comme membre du Comité consultatif d’urbanisme d’Outremont, du Comité de revitalisation de l’avenue Van Horne qui a été instigateur de la placette de la station du métro d’Outremont et résident du secteur qui fréquente ces commerces quotidiennement, ma position est claire et se résume à:

« Conserver la vaste majorité de places de stationnement, améliorer la signalisation pour identifier les places de stationnements hors-rue et élargir les trottoirs aux tronçons étroits pour rendre l’avenue plus homogène et pleine de vitalité. »

Je collaborerai avec Montréal pour réactiver le projet de réfection de l’avenue Van Horne avec cette vision.

Pour répondre aux besoins des cyclistes, des voies cyclables devront être aménagées sur les avenues collectrices avoisinantes, moins achalandées.

J’entends également m’assurer que les traverses piétonnes de Van Horne soient sécurisées à de nombreux endroits jugés à risque, ces passages étant utilisés par nombre d’enfants en route pour l’école ou la garderie.

En tant que candidat indépendant, ma première considération est l’intérêt des Outremontais(es).

Ouvrir les artères commerciales à de nouveaux usages… commerciaux

Les règlements de zonage d’Outremont y interdisent présentement l’ouverture d’hôtels et d’établissements avec vente d’alcool, sans achat de repas (bar).

Pour dynamiser les artères commerciales d’Outremont, j’ai proposé de réviser les règlements de zonage pour permettre ces usages, en précédant tout changement d’une vaste consultation publique ouverte avec nos commerçants, leurs associations et nos citoyens.

D’éminents professeurs de l’Université de Montréal m’ont confié que lors de conférences et congrès internationaux, ils n’avaient pas d’hôtel de qualité à proximité où loger leurs invités de marque. Des résidents me confient également ne pas avoir d’endroit pour loger leur famille étrangère.

Permettre l’usage hôtel-boutique à Outremont, à proximité du campus universitaire principal ou du campus des sciences serait bien utile pour les visiteurs étrangers de l’Université de Montréal. Ce serait bien sûr, un bon complément aux activités du Théâtre Outremont et des restaurants à proximité. Nous devons encourager les touristes à visiter Outremont, qui a beaucoup à offrir aux visiteurs étrangers et qui, en retour, contribueraient à nos commerces locaux et leur pérennité.

Quant à l’idée de bar, plusieurs citoyens et visiteurs cherchent souvent en vain des endroits où sortir et se rencontrer en soirée à Outremont. Le concept des bars à vin s’est popularisé par exemple, mais ne peut être implanté à Outremont en raison de la réglementation. Avec un nouveau quartier d’Outremont en cours de construction, une première cohorte de 2,000 étudiants universitaires arrivant en 2019 et 10,000 à terme, l’occasion se présente d’ouvrir la discussion sur un changement à ce règlement centenaire d’Outremont.

Notre département d’urbanisme à Outremont pourra identifier les endroits optimums pour complémenter les commerces existants et éviter les nuisances avec les résidents. De plus, les règlements d’urbanisme peuvent être utilisés pour distancer les commerces semblables et en limiter les superficies.

En tant que candidat indépendant à la mairie d’Outremont, ma première considération est l’intérêt des Outremontais(es).

Dynamiser les artères commerciales d’Outremont

Des mesures claires, concrètes et réalisables pour dynamiser les artères commerciales d’Outremont

Nous déplorons la fermeture de commerces à Outremont au cours des dernières années, alors que les artères commerciales sont des piliers de la vie de quartier que nous chérissons. Cette question est un axe prioritaire de ma campagne à la mairie d’Outremont.

Nos avenues commerciales demeureront commerciales.

Je m’engage à respecter intégralement la décision référendaire du 20 novembre 2016.

Il me tient à cœur que les artères commerciales deviennent des pôles d’attraction à travers l’organisation d’expositions temporaires, d’activités et d’animation. Je compte poursuivre les aménagements et embellissements entrepris par les comités de citoyens.

Je collaborerai avec Montréal pour réactiver le projet de réfection de l’avenue Van Horne avec la vision de conserver une large majorité des stationnements, favoriser l’accès aux commerces tout en améliorant l’expérience piétonne.

Une révision des règlements d’urbanisme s’impose, notamment d’affichage et de cafés-terrasses pour faciliter et accélérer la réalisation des projets des commerçants.

Je souhaite également réviser le zonage pour permettre des usages commerciaux présentement interdits, tels que bar et hôtel-boutique, afin d’accroître la fréquentation externe.

De tels changements seront précédés d’un dialogue ouvert et franc avec nos commerçants, leurs associations et nos citoyens.

En tant que candidat indépendant, ma première considération est l’intérêt des Outremontais(es).

Alexandre Lussier