La centralisation des pouvoirs ou la disparition de la gouvernance de proximité…

Les modifications à la Charte de la Ville de Montréal permettent à la ville-centre de s’approprier les pouvoirs des arrondissements.

Les services de proximité dont bénéficiait l’ancienne ville d’Outremont diminuent en raison de cette centralisation. Quelques conséquences notables aux yeux de tous de la centralisation et d’un SEUL décideur à la ville-centre sont, par exemple la dégradation des services de gestion du stationnement tarifé (G4S), le déneigement des avenues, le développement économique, la collecte des ordures… etc. Mais plus important, la ville-centre décide maintenant de la réfection des avenues comme Laurier et Van Horne, sans compter le développement du campus Outremont, de la réfection des viaducs, chalets de parc, aréna, piscine, etc.

Outremont s’est déjà fait amputer son budget de 20% par la réforme du financement des arrondissements, alors que les économies d’échelle qui avaient été promises ne sont pas au rendez-vous!

Aucun des partis pan-montréalais ne projette de rétablir le plein financement d’Outremont par la ville-centre.

Que restera-t-il des services de proximité d’Outremont?

Outremont n’a qu’un seul élu pour le représenter et exprimer sa voix à la ville-centre :

  • Seul le maire d’Outremont siège au Conseil municipal et parle en son nom

Ce lien privilégié entre les citoyens de l’arrondissement et la ville-centre pour défendre leurs intérêts propres doit porter pour ne pas qu’Outremont soit amalgamé dans des décisions partisanes d’un parti pan-montréalais et menace le cadre de vie des citoyens d’Outremont !

Un autre danger d’un pouvoir décisionnel centralisé et unique est l’abolition probable de la voix citoyenne sur des sujets qui les concernent directement. Le processus référendaire est un garde-fou démocratique contre les décisions arbitraires. Alors que le Conseil municipal de la ville-centre a maintenant le pouvoir d’abolir le processus référendaire, aucun des partis pan-montréalais ne s’est engagé à le conserver.

Souvenons nous du temps de la Ville d’Outremont, comme dans plusieurs autres municipalités, surtout anglophones de l’Ouest de l’île de Montréal, où il n’y avait que des partis locaux éphémères et souvent pas de partis du tout ! Il faudra continuer de se battre pour une réforme de la loi sur les fusions municipales et de la Charte de la Ville de Montréal pour un retour à une saine indépendance gestionnaire des arrondissements.

En tant que candidat indépendant à la mairie d’Outremont, je ne suis redevable à aucune ligne de parti ou allégeance politique. Cela me permet d’exprimer haut et fort notre voix et défendre nos besoins spécifiques à la Ville de Montréal.

Author: Alexandre Lussier

Candidat indépendant à la mairie d’Outremont