Les enjeux de la culture à Outremont


Les Outremontais sont choyés de vivre dans un quartier culturellement ouvert et diversifié. En vue de poursuivre et d’accélérer l’édification culturelle d’un Outremont inclusif, créatif, rayonnant, durable et enraciné dans son territoire, mes priorités pour Outremont sont de :

Capitaliser sur la richesse des lieux culturels existants

  • Accueillir des festivals aux thématiques moins présentes (hiver, musique, cinéma en plein air, etc.).
  • Faire renaître la maison McFarlane, par l’aménagement d’ateliers d’artistes ou autres
  • Mettre en valeur le ruisseau Provost

Concevoir un pôle culturel ouvert à tous

  • Consulter les citoyens sur leurs besoins et désirs, pour aménager un lieu de rencontre culturel, place Micheline-Legendre, à l’arrière de la caserne de pompiers, couplé avec une place publique attenante.

Encourager les installations temporaires en art éphémère et l’implication citoyenne

  • Une première installation a vu le jour cette année au métro Outremont, recommandée par le Comité Van Horne dont je suis membre.

Un nouveau défi se pose à Outremont, celui d’affirmer son identité dans les décisions culturelles qui le concerne. Récemment, la Ville de Montréal a attribué le nom mohawk « Tiohtià :ke Ostirà’kehne » au parc du Sommet Outremont, sans consulter Outremont. Ce choix louable d’honorer les autochtones est ici historiquement contesté, ce lieu n’ayant jamais été occupé par les Mohawks Agniers mais par des peuples iroquoiens inconnus et disparus.

Enfin, la conservation du patrimoine exige une surveillance constante. Nous devons tirer leçon du 1420 Mont-Royal, ancien couvent du Site patrimonial déclaré qui devait rester d’usage institutionnel, mais qui a été vendu par l’Université de Montréal pour être converti en copropriété, avec la privatisation de son exceptionnelle chapelle.